Accueil > Francais > Publications

COPAGEN : Déclaration sur le Projet « TARGET MALARIA »

jeudi 27 septembre 2018, par mcoul

Déclaration sur le Projet « TARGET MALARIA » et le processus de son autorisation au Mali

Nous, COPAGEN Mali, membre de la Convergence Globale Ouest Africaine des Luttes pour la Terre, l’Eau et les Semences, réunis en Assemblée annuelle les 25 et 26 septembre 2018, sommes informés de la réunion du Comité National de Biosécurité pour l’évaluation du dossier de demande d’autorisation d’essai avec les moustiques génétiquement modifiés dans le cadre de la lutte contre le paludisme sous l’égide du Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable.

Cette demande d’autorisation émane du Centre de Formation et de Recherche contre le Paludisme dont le laboratoire d’expérimentation est situé au Point G à la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie (MRSC/FMOS) de Bamako. Elle se situe dans le cadre du projet « Target Malaria » financé [1] par la fondation Bill et Melinda Gates.

Officiellement invités, nous avons décidé de ne pas cautionner cette réunion qui ne nous semble pas conforme à ce qui est prévu par la loi n°08-042 sur la sécurité en biotechnologie au Mali et son décret d’application fixant les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement du Comité National de Biosécurité (décret n°10-683/P-RM du 30 décembre 2010). En effet, selon l’article 6 de ce décret, un arrêté du Ministre de l’Environnement fixe la liste nominative des membres du Comité National de Biosécurité sur proposition des structures respectives. Cet arrêté n’a pas été pris à ce jour.

En outre, l’article 3 du même décret stipule que le Comité est composé d’une quarantaine de membres alors que seulement 14 personnes ont été conviées à la réunion qui se tient actuellement à Selingué (24 au 29 septembre 2018) pour statuer sur la demande d’autorisation de l’expérimentation des moustiques génétiquement modifiés.

Aucune réunion de personnes en provenance de structures membres du comité ne saurait tenir lieu de réunion du comité sans que ces personnes n’aient été dument mandatées à travers une nomination officielle du ministre de l’environnement, et ne saurait, de ce fait, faire de recommandations juridiquement valables à l’autorité nationale compétente. Ainsi, toute décision de cette autorité, en l’occurrence le ministère de l’environnement, fondée sur ces recommandations n’a pas de valeur juridique et est donc nulle et non avenue.

Par ailleurs nous désapprouvons ce projet que nous considérons comme étant une fausse solution à l’éradication du paludisme. Comme toute manipulation génétique forcée par la biotechnologie comporte des risques pour la santé et l’environnement, nous mettons en garde l’opinion publique. Ce projet comporte beaucoup d’incertitudes et sa vision erronée nous dévie des vraies stratégies de lutte contre le paludisme. Parmi elles, l’assainissement reste la plus efficace. Elle est fondamentalement essentielle et doit être la cible prioritaire du Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable.

Pendant que le Mali n’en est qu’à la demande d’autorisation pour l’expérimentation en milieu confiné, chose que nous refusons, l’heure est encore plus grave au Burkina Faso. Alors qu’il se remet à peine de son échec avec le coton BT, le peuple Burkinabè est de nouveau « cobaye » suite à l’autorisation de lâcher de moustiques génétiquement modifiés dans la région de Bobo-Dioulasso, ce qui est une menace pour l’ensemble de notre sous-région.

Notre silence fera de nous des victimes coupables, alors agissons !

La COPAGEN - Coalition Nationale du Mali

Télécharger la Déclaration


[1Coût estimé à 37 milliards de FCFA pour la 1ère phase dans les 3 pays : Burkina Faso, Mali, Ouganda, juste pour importer les oeufs, les confiner et élever les moustiques en milieu confiné, un lâcher pour voir si les moustiques Génétiquement Modifiés s’adaptent ou pas…)

AGENDA

Caravane Ouest Africaine, droit à la Terre, à l’Eau et à l’Agroécologie paysanne : une lutte commune !

Lieu :

Descriptif:

Après celle de mars 2016, la CGLTE OA organise la deuxième édition de la caravane ouest africaine, Droit à la terre, l’eau et à l’Agroécologie Paysanne : une lutte commune ! du 10 au 30 novembre 2018
Guinée - Côte d’Ivoire, Ghana, Togo et Benin
Plus de 300 personnes participeront à cet évènement qui touchera plus de 10 000 personnes composées de Communautés, Organisations et Mouvements Paysans, Eleveurs, Pêcheurs… ONG, Défenseurs des droits humains, Femmes, Jeunes.

Mali - 4e édition du Village des Sans Terre à Ségou

Lieu :

Ségou - Mali

Descriptif:

La CMAT organise la 4e édition du Village des Sans Terre à Ségou les 26 et 27 mars 2018 à l’espace Mieru Ba

Vu sur le web

Multimédia

Audio